Simulateur brut en net : notre méthode pour estimer votre salaire (et vos primes)

Indiquez votre salaire brut

  • (Non-Cadre 22%)

Résultat de votre salaire net


Sélectionnez votre statut :
Sélectionnez le nombre de mois de prime conventionnelle:

Avec un salaire de 1500 euros brut par mois, votre rémunération sera de :

  • 1183 euros net/mois
  • 18000 euros brut/an soit 14040 euros Net /an
  • 10 euros brut/heure soit 7.8 euros Net /an

Avec un salaire de 1500 euros brut par mois, votre rémunération nette sera de :

  • 1183 euros net/mois si vous êtes salarié non-cadre
  • 1138 euros net/mois si vous êtes cadre
  • 1289 euros net/mois si vous êtes fonctionnaire
  • 834 euros net/mois si vous êtes libéral
  • 734 euros net/mois si vous êtes en portage salarial

Exemples pour des salaires Brut

Retrouvez tous nos exemples en cliquant ici

1200 €

🔍 Calculer ce salaire brut en net

1500 €

🔍 Calculer ce salaire brut en net

1800 €

🔍 Calculer ce salaire brut en net

2000 €

🔍 Calculer ce salaire brut en net

2500 €

🔍 Calculer ce salaire brut en net

Scène typique : en entretien avec votre employeur, vous abordez le salaire. Il vous donne son montant, en précisant : « Brut ».

Oui, mais combien en net ?

Alors, vous faites « à la louche »… Pas vraiment la meilleure méthode pour bien estimer votre rémunération nette.

Or, cette conversion est très utile. Par exemple, pour négocier une augmentation ou gérer votre budget. Problème : le calcul est tout sauf simple !

Pour vous faciliter la tâche, on vous a concocté un simulateur brut en net, qui va vous faire gagner beaucoup de temps.

Salaire brut et salaire net : la différence ?

Pour bien comprendre notre simulateur, il convient tout d’abord de faire définitivement la différence entre brut et net.

Qu’est-ce que le salaire brut ?

Le salaire brut, c’est tout simplement le montant qui figure sur votre contrat de travail. Il ne change pas d’un mois à l’autre. Seul un accord entre vous et l’employeur permet de le modifier.

Il n’inclut ni les indemnités, ni le 13ᵉ mois, ni les avantages sociaux, ni les avantages en nature et autres primes.

C’est votre rémunération globale pour un travail effectué avant tout prélèvement.

Et le salaire net, c’est quoi ?

Quant au salaire net, c’est ce qui reste de votre salaire après toutes les retenues fiscales et sociales. C’est ce que vous touchez en réalité lorsqu’on vous verse votre salaire.

Premier prélèvement : les charges sociales salariales.

Les (fameuses) charges sociales apparaissent sur votre fiche de paie sous la forme d’une liste obscure de sommes qui vous sont retirées…

Pour y voir plus clair, on les range selon quatre catégories :

Les cotisations de Sécurité sociale : elles alimentent l’assurance vieillesse (régime de retraite général). Leur taux plafonné s’élève à 6,90 %, pour une assiette de cotisation s’appliquant au montant du salaire jusqu’à 3 428 euros par mois.

Les contributions sociales (CSG et CRDS) : vous les connaissez sans doute mieux sous leur sigle. D’une part, la CSG (contribution sociale généralisée) participe directement au financement de la protection sociale. D’autre part, la CRDS (contribution pour le remboursement de la dette sociale), comme son nom l’indique, correspond à un mécanisme pour résorber l’endettement général de la Sécurité sociale.

  • Pour la CSG l’assiette est de 98,25 % du salaire brut jusqu’à un maximum de 164 544 €. Au-delà, c’est 100 %. Le taux s’élève à 9,20 %, dont 2,40 % qui ne sont pas déductibles du revenu imposable ;
  • Pour la CRDS l’assiette est de 98,25 % du salaire brut jusqu’à 164 544 €. Au-dessus, c’est 100 %. Le taux s’élève à 0,50 % non déductible du revenu imposable.

Les cotisations chômage : En fonction de votre situation, vous pouvez en être exempté. Ainsi, depuis le 1er octobre 2018 la cotisation salariale d’assurance chômage est supprimée. Par contre, les cadres cotisent toujours pour l’Agence pour l’emploi des cadres (Apec), à un taux s’élevant à 0,024 %.

Les cotisations de retraite complémentaire : dernière catégorie de cotisations sociales, celles-ci concernent le régime de retraite complémentaire de l’Agirc-Arrco (respectivement Association Générale des Institutions de Retraites des Cadres et Association pour le Régime de Retraite Complémentaire des Salariés). Elles donnent droit à des points qui vous permettent de calculer votre pension.

En dehors de ces cotisations, il existe également des avantages éventuels à prendre en compte. Ce sont notamment : les primes de résultats, les primes exceptionnelles de pouvoir d’achat, les avantages en nature, etc.

Une fois ces sommes retirées de votre salaire brut, peut-on parler du salaire net, à savoir celui que vous touchez réellement lors de la paie ?

En fait, pas tout à fait.

Le prélèvement à la source

En effet, à ce stade, on parle de salaire net avant impôts. Depuis le 1er janvier 2019, l’impôt sur le revenu est prélevé à la source. Au lieu de payer votre impôt sur le revenu après avoir reçu votre salaire, vous payez avant. Autrement dit, l’administration fiscale retient une partie du salaire qui vous est versé.

Plus exactement, le salaire net imposable est égal à la somme de :

  • votre salaire net à payer (celui que vous touchez réellement à la fin) ;
  • l’indemnité journalière de Sécurité sociale (IJSS) ;
  • les avantages en nature ;
  • la CSG et la CRDS ;
  • ❌ tout en enlevant les heures supplémentaires.

Ce montant sert de référence pour établir la part d’impôt prélevée. Le but est de simplifier le processus de paiement et faciliter la gestion des finances publiques.

L’administration met en place un taux de prélèvement qui varie selon votre situation. On dit qu’il est progressif, car plus la base à prélever augmente, plus le taux s’accroît.

Quoi qu’il en soit, vous devez toujours déclarer annuellement vos revenus. En cas d’écart avec l’impôt qui vous est prélevé, vous devez soit être remboursé, soit rembourser.

Comment calculer le salaire brut en net ?

Une méthode pas à pas

Pour ne pas vous perdre, nous conseillons de procéder méthodiquement (ou, pour les plus pressés, d’utiliser notre calculateur).

Le calcul pour passer du brut au net peut se résumer en 3 temps :

  • prenez votre salaire brut, puis enlevez la part des cotisations sociales (environ 23 % du salaire brut, voir ci-dessous pour plus de détails) ; vous obtenez votre salaire net imposable;
  • retirez de cette somme toutes les retenues diverses (avantages) et les contributions sociales (CSG et CRDS) ; vous obtenez votre salaire net avant impôts;
  • retirez de cette somme le montant du prélèvement de la source : voilà votre « véritable » salaire net, le salaire net à payer!

Estimation : le pourcentage entre le salaire brut et le salaire net

Le salaire net à payer est ainsi le versement final qui s’affiche sur votre compte bancaire. Vous le constatez : il est passé par un processus plutôt complexe.

Pour gagner du temps, il existe une méthode très rapide qui permet de passer du brut au net, et inversement.

Bien sûr, cela reste une approche approximative, mais qui a son utilité.

✅ Si vous êtes dans le secteur privé, enlevez 23 % de votre salaire brut et vous avez votre salaire net à payer. Astuce : multipliez votre salaire brut par 0,77, (cela revient au même).

✅ Si vous êtes dans la fonction publique, il faut retrancher 15 % de votre salaire brut (ou multiplier votre salaire brut par 0,85).

Pour un salaire brut de 1 700 €,

  • dans le secteur privé : 1700-(1700 x 0,23) ou 1700 x 0,77 = 1 309 € nets ;
  • dans la fonction publique : 1700 (1700-0,15) ou 1700 x 0,85 = 1 445 € nets ;

Renseignez notre simulateur brut en net

Cette méthode ci-dessus est certes, très simple.

Mais moins fiable qu’un calculateur ! Ce dernier est bien plus précis et efficace pour déterminer votre salaire net. Nous prenons en effet en compte plus de données afin d’estimer au plus près votre montant.

Afin d’utiliser notre simulateur de brut en net, vous avez besoin :

  • de votre salaire (quel qu’il soit: brut ou net ; horaire, mensuel ou annuel) ;
  • de votre nombre d’heures de travail par semaine (ex : 35 heures) ;
  • du nombre de mois de prime conventionnelle;
  • de votre statut : non-cadre, cadre, en libéral, etc. Votre taux d’imposition varie selon votre situation.

Il ne reste plus qu’à laisser le simulateur faire son travail ! Notez qu’il s’agit encore une fois d’une estimation, donnée à titre indicatif et n’a aucun caractère officiel.

Et pour les primes, comment se fait le calcul du brut en net ?

Pour les primes, normalement, c’est le même procédé. Lorsque votre employeur vous la verse, les charges sociales s’appliquent comme pour le salaire brut. Cela vaut pour toutes sortes de primes telles que la prime d’ancienneté, le treizième mois, etc.

Aussi, pour calculer :

additionnez le montant brut de la prime à celui de votre salaire brut du mois en cours ;
puis effectuez les mêmes opérations de passage de brut en net mentionnées plus haut avec la somme des deux.

Et les gratifications, est-ce la même chose ?

Quant aux gratifications, non, c’est différent.

Les indemnités de stage ne sont pas en principe des salaires. À ne pas appliquer sur le simulateur de cet article. Les gratifications de stage brutes ne sont pas soumises aux charges sociales (tant qu’elles ne dépassent pas un seuil minimum encadré par la loi).

Vous savez maintenant comment passer rapidement du salaire brut au salaire net avec notre simulateur. Nous espérons que cela vous sera utile. C’est, en effet une manipulation essentielle à connaître. En tant que salarié, vous pouvez vous en servir pour négocier une augmentation. En tant qu’employeur, c’est évidemment un élément indispensable dans votre stratégie en ressources humaines, en particulier pour évaluer le coût réel de votre salarié.